• Le 11 septembre 2017

Nouvelle publication : Détection précoce des dommages musculaires par élastographie

Early detection of exercise-induced muscle damage using elastography

Lacourpaille, L.
, Nordez, A., Hug, F., Doguet, V., Andrade, R., & Guilhem, G.

European Journal of Applied Physiology
 

Résumé : Les objectifs de cette étude étaient de déterminer si l’élastographie permettait de détecter précocement les dommages musculaires, et de comparer le niveau d’atteinte des différents muscles impliqués dans l’exercice. 53 participants ont été répartis en 5 groupes. 4 groupes ont réalisé un exercice excentrique maximal mobilisant les fléchisseurs du coude ou les extenseurs du genou, dans une condition modérée ou intense. Un dernier groupe a réalisé un exercice concentrique des fléchisseurs du coude. La force maximale des muscles impliqués dans l’exercice a été mesurée avant et 48 heures après l’exercice. La raideur des muscles impliqués dans l’exercice a été mesurée au repos par élastographie (examen qui s’apparente à une échographie) avant et 30 min après l’exercice. Une forte corrélation inverse a été observée entre la chute de force maximale à 48 heures et l’augmentation de raideur des principaux fléchisseurs du coude (r = -0.80) et extenseurs du genou (r = -0.82). En d’autres termes, plus la raideur musculaire augmente après l’exercice, plus la chute de force sera importante à 48 heures. Une analyse approfondie des résultats révèle que le biceps brachii et le rectus femoris sont plus affectés que leurs synergistes. Ce travail montre que l’augmentation de la raideur musculaire de repos 30 min post exercice reflète l’atteinte fonctionnelle du tissu musculaire. En outre, cette méthode permet de comparer l’atteinte des différents muscles synergistes.

Implications : Cette mesure pourrait être intéressante pour les coachs et cliniciens souhaitant ajuster rapidement l’intensité et le volume des séances d’entrainement ou des programmes de réhabilitation, ou proposer une stratégie de récupération alternative. La perspective de ce travail sera d’identifier si la mise en place de cette évaluation en routine permet de réduire le risque de blessure musculaire chez des athlètes de haut niveau.
EJAP


Summary: This study aimed to determine whether an increase in muscle shear modulus measured 30 min after eccentric exercise (30 min) reflects the magnitude of force deficit measured 48 hours post-exercise (48 H). A total of 53 healthy participants were distributed in five groups. Four groups performed either repeated eccentric elbow flexions or knee extensions at either a low or high load. A fifth group performed repeated concentric elbow flexions (control load). The relative increase in shear modulus measured at 30 min was significantly correlated to the relative decrease in peak torque measured at 48 H for both elbow flexors (r = -0.80) and knee extensors (r = -0.82). A further analysis suggested that biceps brachii and rectus femoris were more affected by muscle damage than their synergists. This study shows that an increase in muscle shear modulus measured 30 min after a damaging exercise reflects the decrease in peak torque measured at 48 H. Shear modulus may therefore provide a useful tool for coaches and clinicians to non-invasively estimate the amount of muscle damage induced by a damaging exercise.

Implications: This early, simple, and non-invasive detection of the force deficit may allow clinicians and coaches to adapt the timing and the intensity of the rehabilitation or training session following a damaging exercise. In addition, the accumulation of muscle damage throughout a sport season is thought be a key factor for muscle strain injury aetiology in elite-level athletes. Therefore, further studies are needed to determine how the evaluation of muscle shear modulus may help coaches to adapt the training volume in the next days after damaging exercises and to determine if this approach could contribute to reduce the occurrence of muscle strain injury .