Vous êtes ici : Accueil université > EA 4334 - Laboratoire MIP > Accueil > Actualités

Recherche / Culture scientifique

Soutenance de l'HDR de Thibault DESCHAMPS

A- A+ Aa

8 mars 2017

13h30 / UFR STAPS / Amphi 170
Entrée libre et gratuite


Analyse de la Fonction Motrice : des Signatures Révélatrices de notre Présent

Synthèse d'une partie de mes activités de recherche, teintée d'une ambition interdisciplinaire, ce mémoire d'Habilitation à Diriger des recherches se focalise sur notre présent sensori-moteur, notre motricité quotidienne, comme se tenir debout, porter un objet, se déplacer, ou encore franchir un obstacle. Pour certaines personnes, se lever d'une chaise, faire quelques pas constituent une réelle performance, non sans conséquences positives sur leurs activités quotidiennes et leur autonomie sociale. Comme pour le très jeune enfant que nous avons tous été. Nous l'avons oublié, mais se mettre debout, ou mieux encore marcher, nous a donné la possibilité de choisir nos centres d'intérêt, d'explorer d'autres possibilités d'action, d'aller vers les uns et s'éloigner des autres. Aussi ces quelques mots marquent toute l'importance de l'analyse de la performance motrice, de ce qu'on sait faire au temps t0... sur notre santé future.

Rappelons quelques évidences : nous ne marchons pas tous à la même vitesse, nous ne nous tenons pas tous de la même manière. Et avec l'âge et/ou certains troubles cognitifs / psychiatriques (e.g. démence, dépression), il est normal de constater un ralentissement de la foulée, une régulation posturale plus précaire, et/ou des déficits attentionnels plus fréquents. Centrés autour de l'analyse des caractéristiques posturo-locomotrices de la personne âgée, nos récents travaux nous autorisent la conclusion que la façon dont une personne âgée se déplace et/ou régule sa position orthostatique peut trahir un risque accru d'une future chute, voire un déclin cognitif précoce, vers la maladie d'Alzheimer. Ils pointent aussi toute l'importance clinique de l'évaluation des dysfonctionnements cognitivo-moteurs pour la planification de programmes d'interventions préventives spécifiques, et prolonger autant que possible l'autonomie des personnes âgées et/ou atteintes de pathologies sévères (e.g. gain en autonomie motrice, meilleur contrôle postural et qualité de vie accrue).


Nos trajectoires motrices et cognitives sont intimement liées. Aux conséquences avérées, des cinétiques parfois finement identifiées, ces signatures peuvent être appréhendées à différents niveaux d'analyse. Aussi le déclin de la fonction motrice, telle que l'habileté à produire de la force ou encore la capacité aérobie, et des fonctions cognitives de base, telles qu'activer, maintenir ou encore traiter une information, invite à une vision tournée vers une conception multi-niveaux. Cette dernière ambitionne une compréhension plus intégrée qui traverse les analyses comportementales, mécanistiques fonctionnelles et/ou neurobiologiques. Aussi les projets de recherche actuels et futurs, s'inscrivant dans une approche unifiée de mesures de performance physique / motrice et cognitives, associées à de la neuroimagerie, semblent riches de promesses, pour une collaboration pleine et entière entre les différentes disciplines scientifiques.


Pour la recherche des lois de transition entre les différents niveaux enchâssés d'organisation du cerveau : de la psychologie comportementale vers la neurobiologie et de la neurobiologie vers la psychologie comportementale.

Mis à jour le 19 février 2017 par Thibault DESCHAMPS